Over 40 years
at the cutting edge
of poetry publishing
[Twitter] [rss feed] [Facebook]

Valérie Rouzeau, from Talking Vrouz

Rehearsal

You don’t know people’s hearts
A heart’s so hard to see
That sometimes you bump into it
What a pain to catch the train
When there’s no one nothing at the other end
And angels are inscrutable as water-mills
You pour yourself a generous glass of wind
From a bottled spring from rain from eyes
You don’t know how to live their kinds of lives
You pour yourself a great big glass of wine
In a house with children future dog
The platform echoes to the sound of feet
The platform echoes to the wheels of cases noises from before
The platform’s empty empty empty you stub your toe on air
Excuse me madam sir I thought you were a cloud
You’re numberless you’re nobody to me
And I am numberless I’m almost nothing as you are
So let’s have a friendly drink together no mean tricks no blind man’s buff
The only heart we know in darkness is our own and hardly even that
Or in the daytime either so it’s cheers and here’s to you your good health mate
The sun’ll be beating down on us when we step out.

Répétition

On ne connaît pas le cœur des gens
Il est tant mal visible que parfois
On cogne dedans
Quelle misère de prendre le train
Quand au bout il n’y a personne rien
On ne sait pas l’avis des anges
Non plus que des moulins à eau
On se sert un grand verre de vent
De source de pluie des yeux
On ignore comment vivre comme eux
On se sert un grand verre de vin
Dans une maison avec enfants avenir chien
Le quai fait des bruits de chaussures
Le quai fait des bruits de valises à roulettes et des bruits d’avant
Le quai est vide vide vide on bute dans l’air
Pardon messieurs dames j’ai cru à un nuage
Vous êtes innombrables qui ne m’êtes personne
Je suis innombrable et comme vous presque rien
Prenons donc un pot amical au lieu d’un pot au noir d’un mauvais coup
On ne connaît pas d’autre cœur dans le noir que le nôtre et encore
Ni dans le jour non plus alors à la bonne vôtre
Et nous débarquerons sous le soleil battant.